Orchestre Philharmonique de l'Oise
Orchestre Philharmonique de l'Oise

"14" Fresque musicale de la Grande Guerre

"14", Fresque en 14 tableaux de la Grande Guerre, projet labellisé par la Mission du Centenaire et par le Conseil général de l’Oise qui lui ont apporté leur soutien, a été présentée en première mondiale à l’Abbatiale de Saint-Leu d’Esserent, le 15 juin 2014, puis à la Cathédrale de Noyon le 22 juin 2014. "14" a été redonné le 14 juin 2015 à l'Abbatiale de Montivilliers avec le chœur des C4 de Creil. Le public de l'Orchestre pourra l'entendre à nouveau le 2 avril 2017 au Théâtre du Beauvaisis hors les murs, toujours avec le chœur des C4 de Creil.

 

"14" est né de la volonté de l’Orchestre Philharmonique de l’Oise de commémorer le centenaire de la Grande Guerre avec une œuvre originale, évocatrice du conflit, faisant une place aux airs populaires de l’époque, en y associant les collèges du département et plus particulièrement leurs choristes.

 

Cette œuvre a été composée sur un livret original de Luis Porquet par Thierry Pélicant, directeur Musical de l’Orchestre philharmonique du Département de l’Oise

 

 

LLe Préfet, le Président du Conseil général de l’Oise, le Maire de Noyon et la déléguée départementale de l’Éducation nationale, qui nous ont honorés de leur présence à la Cathédrale de Noyon le 22 juin, ont exprimé leur enthousiasme par des applaudissements nourris et le public nous a manifesté son soutien le plus fervent. La cathédrale, lieu hautement symbolique pour cette occasion, était comble. Ce fut une ovation et une reconnaissance pour les artistes comme pour les jeunes choristes issus de différents collèges de l’Oise.

 

 

Synopsis de la Fresque

 Trois protagonistes mènent notre fresque.

 

Le ténor, tout d’abord. Il est notre Soldat, l’homme de toutes les cultures, de toutes les races, de toutes les religions et convictions et, finalement, de toutes les époques. Nous aurions pu être à sa place et, peut-être, nos descendants connaitront son destin si perdure la folie des sociétés humaines. Il est cet être, nous l’espérons avec ferveur, pour lequel le public nourrira au fur et à mesure de l’ouvrage une fraternelle amitié. Il est notre miroir. C’est au grand ténor français Daniel Gàlvez-Vallejo que nous avons demandé de créer « 14 », car nous savons que son immense talent, sa voix charnelle et sa sensibilité sauront transmettre notre message. Chaque note fut composée pour lui.

 

Les enfants, comme en surimpression, viennent citer ces chants populaires, harmonisés très exactement comme ils devaient tourner dans la tête de nos grands-parents et tels qu’ils devaient les fredonner ou bien les chanter à tue-tête. Il est particulièrement symbolique que les quatorze mouvements de « 14 » soient ainsi illustrés chaque fois par un chant venu de l’un des pays entrainés par le cataclysme de la Grande Guerre. Oui, là encore, on mesure et l’on comprend encore mieux à quel point tous les hommes sont semblables et à quel point ils l’ont toujours été. Confier ces chants aux enfants est-il apaisant ou bien terrible? Nous ne le savons pas. Leurs voix viendront-elles consoler ou bien annoncer sinistrement que les enfants entreront dans la carrière quand leurs aînés n’y seront plus? Nous l’ignorons. Puissent nos jeunes interprètes de 2014 ressentir et comprendre comme une évidence que tout ce qui sépare les hommes n’est qu’une illusion paresseuse et un artifice indigne !

 

L’orchestre tient une place dont l’importance est sans doute inhabituelle pour un oratorio. Dans « 14 », l’orchestre se nourrit non seulement des émotions transmises par le livret du poète, mais il tente de dire ce que les soldats ne pouvaient ou ne voulaient pas rapporter. Alors oui, notre fresque est bien une symphonie que porte l’orchestre.

 

En ayant l’ambition de transmettre ce que ces hommes ont chacun — et tous — ressenti, « 14 » ne s’adresse pas à la Raison, mais espère toucher les cœurs du public comme ceux des interprètes.

 

C’est en aimant ce soldat souffrant que l’on aimera tous les hommes.

 

 

Les 14 tableaux de la Fresque

1. Le chant de l’âme

Chant des fusiliers de Sibérie

Russie

2. La lettre

Sakura, sakura

Japon

3. Les gaz, prélude d’orchestre

4. Les gaz

 amazing grace 

Écosse

5. Chanson du départ

 Radetzky-Marsch

Autriche

6. Ma patrie

Çeçen kizi

Empire Ottoman, Balkans, Grèce

7. L’assaut

8. Dans la tranchée

Roses of Picardy

Angleterre

9. Aux tourlourous

Quand Madelon

France

10. Dis-moi si l’aube se souvient

 When Johnny comes marching home…

États-Unis d’Amérique

11. Désert. L’immensité des sables

It’s a long way to Tipperary

Commonwealth

12. Mort du soldat

la leggenda del Piave

Italie

13. Fraternité

Ich hatt’ einen Kameraden

Allemagne

    14. Coda

 

 

Ce que dit le librettiste Luis Porquet 

« Cet ouvrage poignant revêt un caractère symphonique d’une grande ampleur émotionnelle. Il a fait appel au ténor Daniel Galvez Vallejo, l’une des plus belles voix d’Europe, qui en sera le soliste. Un chœur de 200 enfants, recrutés dans différents collèges de l’Oise, donnera un caractère particulier à cette œuvre monumentale d’une durée d’une heure quinze. Il s’agissait de ne pas rompre le lien avec les jeunes générations. Les adolescents concernés se sont penchés sur la Grande Guerre afin de mieux en pénétrer l’horreur et la dévastation.

 

Devoir de mémoire oblige ! Ce fut là l’idée d’Alfred Burger, Président de l’Orchestre et commanditaire de l’ouvrage, qui a voulu associer les nations en y incorporant des chants issus de chaque pays évoqué. 

 

Loin d’un hymne guerrier, l’oratorio “14” est conçu comme un chant de paix et d’espérance universel. S’il ne dissimule ni l’âpreté des combats ni l’immense sacrifice des soldats, il évite toute dérive à caractère nationaliste. Il rend seulement justice à ceux qui ont sacrifié leur jeunesse et leur intégrité physique à l’un des conflits les plus meurtriers de l’Histoire. L’ennemi lui-même y est traité avec respect. Le soliste ainsi incarne, tour à tour, le combattant de toutes les nations. C’est de l’Humanité que l’œuvre parle, au plus près des réalités que purent ressentir tous ces hommes envoyés en masse sur le front et à l’abattoir. Dans la composition de l’ouvrage, Thierry Pélicant a donc mêlé des chants populaires illustrant l’héritage culturel des peuples en présence (Amazing Grace, La Madelon, Ich hatte einen Kameraden, etc .). Cette référence donne encore plus de sens et de portée au travail des auteurs » 

Une captation video a été faite - avec un minimum de moyens - du concert du 14 juin 2015 à  Montivilliers

Comment nous joindre

Orchestre Philharmonique de l'Oise

 

17 rue du  Pré Martinet

60000 Beauvais

 

Tél 03 44 48 60 52

Mob 06 87 79 09 36

 

contact@leconcert.fr

Prochain(s) concert(s)

 

  • Le 27 janvier à 20h30 , Dôme des Grandes Écuries à Chantilly, concert du Nouvel An. Billets en vente au Domaine de Chantilly (voir Billetterie)

 

 

  • Le 21 janvier à 17 h , Faïencerie Théâtre de Creil, concert  du Nouvel An. Billets en vente à la Faïencerie Théâtre de Creil. (voir Billetterie)

 

  • Le 14 janvier à 15h30 , au Théâtre du Beauvaisis, concert du Nouvel An. Billets en vente auprès du Lions Club et de l'office de trouirsme du Beauvaisis (voir Billetterie)

 

  • Le 6 janvier, de 16 à 19h et de 20h30 à 22h30 et le 7 janvier de 19h à 12h et de 14h à 16h , Salle des trois villages à Savigines, Répétition publique sur le programme de Nouvel An. entrée libre

Concerts récents

 

  • Le 30 décembre à 17 h , Cathédrale de Noyon, concert spirituel du Centenaire. entrée libre

 

  • Le 26 novembre 2017, à 16h, salle sous charpente, MUDO musée de l'Oise.Trio de cordes dans le cadre du Cycle Musique de chambre au MUDO.entrée 15 €.

 

  • Le 12 novembre 2017, à 17h, salle des Fêtes à SAint-Just-en-Chaussée, Pierre et le loup, Carnaval des animaux (extraits) et autres pièces. entrée 5 €. Réservations médiathèque de Saint-Just-en-Chaussée : 03.44.19.35.28

 

  • Le 8 octobre 2017, à 16h30, salle Pommery à Clermont de l'Oise, La Passion selon Saint-Jean, JS Bach, avec les chœurs de la Fédération des Corales de l'Oise et ceux du Ménestrel, Direction Florian Cousin, entrée 18 € et 14 €.

 

  • Le 1er octobre 2017 à 16h , concert annulé et reproté au 15 avril 2018

 

  • Le 30 septembre 2017, à 20h30, Abbatiale de Saint-Leu d'Esserent, La Passion selon Saint-Jean, JS Bach, avec les chœurs de la Fédération des Corales de l'Oise et ceux du Ménestrel, Direction Florian Cousin, entrée 18 € et 14 €.

 

  • Le 17 septembre 2017 à 14h30 et 16h, dans le cadre des journées du patrimoine, aux archives départementales de l'Oise, le Carnaval des animaux et pierre et le loup, avec la Petite Symphonie, sur des arrangements de Thierry Pélicant - Entrée libre

Pour de prochains concerts vous pourrez réserver et acheter vos billets pour nos concerts. 100% sécurisé. A très bientôt.

Actualités

Nos Partenaires

Version imprimable Version imprimable | Plan du site Recommander ce site Recommander ce site
© Orchestre Philharmonique de l'Oise